Comment acheter une moto d’occasion : conseils et contrôles simples

Acheter une moto d’occasion est parfois anxiogène : peur de se tromper, de tomber sur un vice plus ou moins caché, etc… 

Pour vous aider, j’ai rédigé ce petit recueil dont vous pourrez vous inspirer à loisir. Il n’est bien sûr pas exhaustif mais j’ai essayé de faire au mieux…

Avant toutes choses : le 1er conseil (et surement le plus important)

Prenez votre temps ! Dans la recherche, dans l’examen de la moto… prenez votre temps. Vous aurez tout le loisir de récupérer ce temps (qui n’est pas perdu) en vous facilitant la tache pour des besognes, certes nécessaires, mais moins primordiales pour vos finances futures et votre choix.

En effet, l’achat d’une moto (et d’une voiture) ne se limite pas à l’examen et au paiement du prix demandé. Il reste encore à assurer le véhicule et procéder au changement de carte grise. Il s’agit de taches chronophages mais que vous pouvez facilement déléguer pour gagner du temps. Il existe en effet des comparateurs d’assurance mais aussi des sites spécialisés pour établir la carte grise d’une moto. Vous gagnerez un temps précieux !

Je prends une liste de contrôle avec moi quand je regarde une moto d’occasion. Je ne m’attends jamais à ce qu’une moto d’occasion soit impeccable, mais je recherche des problèmes – et j’évalue «combien» il me faudra pour corriger ces problèmes, soit avec du temps, soit avec de l’argent.

En règle générale, rien n’est rédhibitoire, mais cela devrait déterminer le prix que vous êtes prêt à payer pour la moto que vous cherchez. J’utilise cette liste pour documenter les problèmes que je trouve, j’ai donc une base pour négocier avec le propriétaire. Rappelez-vous, la valeur est perçue : vous ne lutterez jamais contre « l’affect » que ce soit la valeur donnée par le vendeur ou celle que vous êtes prêt à y consacrer

Si vous pensez que le vendeur en demande trop et que vous ne pouvez pas vous mettre d’accord sur le prix, alors laissez tomber. Un autre projet d’achat viendra. Et rappelez-vous, vous trouverez environ la moitié des problèmes liés à cette inspection. Quelques mois de vie avec votre nouvelle moto révéleront le reste des problèmes.

A titre perso, je préfère faire autant que possible en interne, sans payer pour des fournisseurs extérieurs. Tout d’abord, j’aime apprendre à le faire moi-même. Cela peut être une méthode pour économiser de l’argent, avec un compromis dans le temps investi. Deuxièmement, si vous devez faire appel à un fournisseur extérieur, vous comptez sur lui pour le calendrier, les coûts et la qualité.

Vous devez donc évaluer la moto par rapport aux compétences que vous possédez actuellement (ou prévoyez d’apprendre) et aux outils et équipements dont vous disposez. Tous les points de la liste ci-dessous sont basés sur mon approche personnelle. Si vous avez des réflexions sur quelque chose que j’ai manqué, ou des conseils, partagez-les dans la section des commentaires.

Préparation: avant l’inspection

  • Consultez les forums spécifiques au modèle. Quelqu’un a-t-il publié une liste de contrôle pour ce modèle spécifique ? Ont-ils signalé des problèmes avec ce modèle ? Ont-ils des bruits ou des caractéristiques considérés comme «normaux» ? Si vous ne trouvez pas ces informations, postez sur le forum et demandez de l’aide. Les gars qui connaissent ce modèle seront probablement ravis de vous aider.
  • Recherchez les prix – à quels prix ces vélos se vendent-ils sur LeBonCoin ou eBay? Quel est le meilleur prix que vous pouvez trouver et quel est l’état ? Comment cela se compare-t-il à la liste que vous recherchez et aux prix du marché ? Qu’en est-il de l’état des pièces évidentes comme les pneus, les chaînes et les pignons ? Si elle a besoin de pneus immédiatement, vous avez besoin de ces coûts pour négocier avec le vendeur.
  • Consultez les photos dans la liste – pouvez-vous voir des problèmes évidents ? Si possible, faites la liste du prix des pièces de rechange avant de vous rendre au rdv. Ces coûts peuvent également être utilisés pour négocier avec le vendeur. D’un autre côté, si le vendeur ne peut fournir que des photos granuleuses de second ordre prises dans un hangar sombre, les sonnettes d’alarme devraient sonner.
  • Demandez au vendeur par message l’entretien déjà fait / en cours d’exécution / prévu (ou tout ce qui est pertinent dans ce cas).
  • Généralement, il est moins risqué, mais plus cher, d’acheter une moto complète et qui fonctionne bien. Si elle vous est présentée dans des caisses, il y a évidemment plus de risques. Cela pourrait être correct si vous avez la patience, les compétences et le budget pour construire une moto à partir d’une boîte de pièces, mais vous devez prendre cette décision vous-même.
  • Après avoir traversé ce processus, je vais me forger ma propre opinion sur la valeur de l’objet. Pour l’inspection, je prendrai un certain montant en espèces, donc je peux faire un achat immédiat si le prix est adapté.
  • Rassemblez du matériel pour l’inspection: une lampe de poche décente est un minimum, et des outils à main comme des clés et des tournevis. Obtenez de vieux chiffons pour nettoyer l’huile et vos mains, et peut-être un manomètre pour les pneus si vous prévoyez de l’essayer. Imprimez certaines de vos recherches, ce qui est idéal pour négocier avec le vendeur. Et bien sûr, prenez cette liste de contrôle et un stylo pour noter tout problème.
  • Si la moto est en état de marche, demandez au vendeur de s’assurer qu’il ne l’a pas démarré ou réchauffé avant votre arrivée. Vous voulez vérifier comment elle démarre à froid.

Le premier test est visuel

  • La moto a-t-il l’air bien ? Prenez du recul et faites le tour de l’engin. Est-ce que quelque chose se démarque ? Manifestement manquant ? Différent de gauche à droite ?
  • La moto a-t-il l’air droit ? Regardez de l’arrière, de l’avant et de côté. Les tubes de fourche sont-elles droites et parallèles ? Tubes de cadre pas visiblement endommagés par un impact ?
  • Vérifiez les roues avant et arrière – sont-elles alignées et parallèles ? Cela est plus évident lorsque la moto est sur la béquille centrale ou sur une béquille de course.
  • Si la roue arrière ne semble pas parallèle à la roue avant, est-elle alignée dans le bras oscillant ? Vérifiez les marques sur les tendeurs de chaîne sur le bras oscillant. Sont-ils dans la même position à gauche et à droite ? Regardez le long de la chaîne d’entraînement. Les liens semblent-ils droits ?
  • Si la moto est sur une béquille centrale ou de course, faites tourner la roue arrière. Il doit tourner librement et en douceur et s’arrêter immédiatement lorsque la pédale de frein arrière est enfoncée. Observez également la roue qui tourne par derrière – a-t-elle une «oscillation» (ou «s’épuise») pendant qu’elle tourne ? Cela peut probablement être corrigé sur une roue à rayons, mais sur une roue en alliage, cela peut indiquer qu’elle est voilée, ce qui est plus difficile à corriger.
  • Les commandes sont elles intactes ? Leviers de frein et d’embrayage ? Manette de Gaz ? Pédale de frein arrière ? Pédale de changement de vitesse ? Les rétros ?
  • Vérifiez les feux et clignotants
  • Les commodo sont ils présents et en état ? Avec interrupteur de klaxon, interrupteur d’arrêt moteur, interrupteur indicateur
  • Les pneus sont-ils corrects ? Vérifiez les parois latérales pour les fissures, vérifiez la profondeur de la bande de roulement. La profondeur de sculpture est-elle inégale sur toute la largeur du pneu (par exemple usée au centre) ? Pouvez-vous voir les ceintures de pneu ?
  • Les roues sont-elles complètes ? Pas de rayons cassés ou en alliage, pas de rayures ou de dommages importants ?
  • À quoi ressemble le carénage ? Semble-t-il être correctement ajusté au cadre ? A-t-il toutes ses attaches – y a-t-il des trous de retenue vides ?
  • Quelle est l’état esthétique général ? À quoi ressemble le cadre ? Les plastiques ? Et le réservoir de carburant ? Vérifiez la rouille, vérifiez le réservoir pour les bosses. La rouille superficielle est généralement réparable. Les trous dans les réservoirs de carburant dus à la rouille sont un problème plus important. Ouvrez le bouchon de remplissage et faites briller la lampe de poche à l’intérieur du réservoir. Quelle est la gravité de la rouille ? Va-t-il même contenir du carburant ou tout a-t-il fui ?
  • Quel est l’état extérieur du moteur ? Pouvez-vous voir des fuites d’huile évidentes ? A-t-il l’air d’avoir été soigné ? Pouvez-vous même voir le moteur sous l’huile et la poussière accumulées ?
  • Y a-t-il des anneaux de saleté noire huileuse autour des fourches avant indiquant des fuites des joints spi ?
  • Y a-t-il de l’huile sous le moteur ? Y a-t-il une flaque d’huile fraîche et humide sous la moto ? S’il a été retiré pour votre inspection, descendez et jetez un œil sous les carters du moteur. Le bas du moteur est-il «mouillé» avec une fuite d’huile ?
  • Pouvez-vous voir de l’huile sur la suspension arrière?
  • Vérifiez les fuites d’essence du réservoir, des conduites de carburant, des conduites de trop-plein (carburant au sol sous le vélo) ou des carburateurs. Si vous pouvez sentir de l’essence, il y a probablement une fuite quelque part. N’essayez pas de démarrer la moto avant d’avoir localisé et réparé la fuite.
  • Vérifier les niveaux de liquide de refroidissement, de liquide de frein, d’huile moteur (tous devraient avoir une indication pour les niveaux corrects). Certaines motos peuvent ne pas avoir de regard sur le réservoir de frein avant (Harley-Davidson des années 1970, par exemple). Utilisez les outils que vous avez achetés pour retirer le bouchon du réservoir et vérifier les niveaux. Si le contenu du réservoir ressemble à du gel crasseux, il doit être décapé et nettoyé.
  • Regardez la chaîne. Est-elle recouvert d’huile et de saleté ? Est-elle propre et légèrement lubrifiée ? Ou est-ce sec et rouillé ?
  • Et les pignons ? a couronne arrière pourrait être le plus facile à vérifier. Les dents sont-elles très pointues, indiquant qu’elles doivent être changées ?
  • Les faisceaux électriques semblent-ils correctement retenus et clipsés, sans fils qui courent nulle part?
  • Si la moto est un «projet», il y a d’autres signes d’avertissement. Pouvez-vous voir beaucoup de ruban électrique supplémentaire couvrant le câblage ? Y a-t-il des connecteurs à sertir rouges, bleus ou jaunes visibles, par opposition aux connecteurs automobiles scellés appropriés ? Les cablages vieillis, endommagés, hachés et modifiés peuvent entraîner de nombreux problèmes de fiabilité.
  • Retirez le siège et regardez. Y a-t-il des outils et un manuel du propriétaire ?
  • Jetez un œil à la batterie. Est-il propre ou la borne positive est-elle recouverte de poudre blanche (corrosion terminale) ?
  • La moto a-t-elle une béquille latérale? Une béquille centrale?
  • La moto a-t-elle une carte grise ? Vérifiez les dates. Un autocollant d’enregistrement ou d’inspection de sécurité est-il affiché ?
  • Les numéros de châssis et de moteur correspondent-ils à la carte grise ?
  • Le manuel du propriétaire comporte-t-il des autocollants de service ? Un historique de service est-il disponible ? Même juste des reçus pour les travaux entrepris ou les pièces achetées ?

Le deuxième test, c’est toucher et écouter

  • Avec le dos de votre main, touchez le moteur. Il devrait faire froid. Si le propriétaire a démarré et réchauffé la moto contrairement à votre demande, il pourrait cacher une multitude de problèmes. Soit partez, soit faites votre évaluation, et divisez par deux le prix.
  • Prenez l’échappement (toujours FROID) et secouez-le. Il doit être correctement fixé.
  • Saisissez le levier de vitesses. Il devrait y avoir un peu de relâchement («jeu libre») avant que vous ne ressentiez de la résistance en changeant de vitesse. Se déplace-t-il uniquement de haut en bas (sans mouvement latéral appréciable) ?
  • Faites le même contrôle sur la pédale de frein.

Le troisième test c’est s’assoir dessus

  • Asseyez-vous sur la moto et maintenez le frein avant. Rebondissez sur le siège pour comprimer la suspension arrière. Ensuite, levez-vous et penchez-vous vers l’avant. Appuyez fortement pour comprimer la suspension avant. Des grincements ou des points durs ? L’amortissement est-il évident, ou la suspension monte-t-elle et descend-elle difficilement ?
  • Tournez le guidon à gauche et à droite, comme si vous faisiez un slalom. Existe il un point dur ?
  • Saisissez le frein avant et poussez vers l’avant, puis tirez sur le guidon. Pouvez-vous sentir un mouvement des roulements du col de direction?
  • Vérifiez le guidon et les commandes. Les blocs de commutation semblent-ils serrés ? Les miroirs sont-ils solidement fixés ?
  • Le siège bouge-t-il lorsque vous vous asseyez dessus ?
  • La chaîne est-elle réglée correctement ? Tendez la main lorsque vous êtes assis sur la moto. Vérifiez l’affaissement de 12-25 mm (½ ”à 1”) dans la chaîne inférieure à mi-chemin entre le pignon avant et arrière.
  • Actionnez le levier de frein avant. Se déplace-t-il librement avec une résistance progressive lorsque vous serrez et que le frein s’enclenche ? Basculez le vélo d’avant en arrière pour confirmer que le frein fonctionne.
  • Actionnez le levier d’embrayage. Est-il rigide ou se déplace-t-il librement?
  • Vérifiez que toutes les lumières fonctionnent. Allumez-les: phares, feux de route, feux de stop et lampes d’instruments. Appuyez sur la pédale de frein arrière et saisissez le levier de frein avant. Confirmez que le feu stop fonctionne séparément sur l’actionnement des freins avant et arrière.

Enfin : le test routier

  • Ces étapes supposent que la moto fonctionne et qu’il y a de l’essence dans le réservoir.
  • Le moteur est-il facile à démarrer ?
  • Le moteur est-il bruyant au démarrage ? Pouvez-vous entendre des bruits de chaîne ou d’engrenage ? Des bruits de tic-tac ?
  • Si cela fait du bruit, devient-il plus rapide à mesure que le moteur tourne ?
  • Le niveau de bruit de l’échappement semble-t-il excessif ? Pouvez-vous trouver des fuites d’échappement ?
  • Si la moto est équipée d’un starter, poussez-le lorsque le moteur s’est réchauffé (mettez votre main sur la culasse et vérifiez qu’il est chaud). Le moteur tournera-t-il au ralenti sans starter?
  • Mettez la moto en première vitesse. Pouvez-vous le remettre au point mort à l’arrêt sans trop d’efforts ?

En supposant qu’il n’y a rien qui vous fasse peur à ce stade, il est peut-être temps de faire un tour. Si vous n’êtes pas sûr, demandez à un technicien qualifié de passer en revue la moto et de le tester pour vous. Allez-y doucement jusqu’à ce que vous soyez sûr que les freins fonctionnent bien. Écoutez les bruits. Encore une fois, les bruits augmentent-ils ou disparaissent-ils avec l’augmentation de la vitesse sur route ? Est-ce que tout fonctionne comme prévu ?

Pouvez-vous imaginer y passer deux heures ? Êtes-vous revenu avec un sourire sur votre visage ? Si oui, félicitations ! Il semble que vous ayez trouvé un bon projet, il est maintenant temps de négocier avec le vendeur.

Conseils de l’acheteur

Voici le processus que j’utilise habituellement pour négocier avec le vendeur. Après avoir fait mes recherches, je vais inspecter la moto et me faire une bonne idée de ce que je pense que cela vaut (évidemment le vendeur ne sera probablement pas d’accord !)

Je prendrai des notes sur ma liste de contrôle pour chaque problème que je trouve.

  • Une fois que j’ai terminé l’inspection (et l’essai, le cas échéant) et que j’ai décidé du prix que je suis prêt à payer (dans ma tête), je dirai au vendeur: «D’accord, quel est votre meilleur prix ? « 
  • L’option 1 est que le vendeur jette un prix, qui sera probablement bien supérieur au prix que vous avez décidé. À ce stade, je répondrai: «Non, je ne peux pas payer cela.»
  • L’option 2 est que le vendeur répondra par « Je ne suis pas sûr, que pensez-vous que cela vaut ? »
  • À ce stade, je vais poliment parcourir la liste des problèmes que j’ai trouvés et commencer à mettre des valeurs en face des réparations ou des pièces qui seront nécessaires.
  • Une fois que j’aurai fini, je dirai alors: « Le vélo vaut ———— pour moi.” Immédiatement, je vais retirer l’enveloppe d’argent de ma poche arrière et dire: «J’ai ça en espèces, et j’aimerais l’acheter maintenant.» À ce stade, je vais arrêter de parler.
  • Cela met le vendeur dans une position où il doit prendre une décision rapide entre de l’argent OU pas d’argent. Le vendeur peut répondre de deux manières. La première réponse est de contrer avec un prix plus élevé. Ma réponse sera «Non. Je payerai le prix que je vous ai donné. » Arrêtez de parler et attendez leur réponse.
  • Le vendeur pourrait alors dire: «J’ai quelqu’un d’autre qui le regarde demain, je vous le ferai savoir». Ensuite, je dis simplement: «Si je dois revenir, je ne ferai pas la même offre. Cette offre est valable si je l’achète dès maintenant. « 
  • Dans le meilleur des cas, le vendeur voudra de l’argent maintenant, vous avez donc un accord.
  • Dans le pire des cas, le vendeur tiendra le coup. Dans ce cas, leur prix est supérieur à la valeur que vous mettez sur cette moto, alors laissez tomber.

Il y aura d’autres motos à vendre, ne vous inquiétez pas. Peut-être qu’ils vous rappelleront dans une semaine et accepteront votre offre, qui est toujours une victoire pour vous !

 

Vous avez des conseils à ajouter à ceux-ci ? Participez vous aussi dans les commentaires ci-dessous…

Partagez cet article et faites nous connaitre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *