4 août 2014

Envie d’un bon gros 2 temps ?

0

Balayée par le 4-temps, la motorisation 2-temps sur motos de route garde la cote chez de nombreux motards, marqués par les exploits de pilotes de Grand Prix tels que Rainey ou Rossi. Justement, leurs motos sont à vendre : à vos chéquiers, prêts, partez…

Si comme moi, vous êtes fan de moteur 2 temps, vous ne pourrez que saliver sur ces machines d’exception….

Une GP500 d’occasion ou une copie tout neuve ?

Si vous êtes fa des GP moto des années 80 et 90, vous trouverez votre bonheur en consacrant quelques 125000 € à l’achat d’une Yamaha 500 YZR ex Wayne Rayney disponible à la vente. Si votre âge (ou votre passion) vous oriente plutôt vers l’épopée de Valentino Rossi en GP 500, vous serez ravi (et comblé) de savoir qu’une réplique de sa NSR500 existe aussi en série limitée, et immatriculable !

La première se trouve actuellement sur le site Race Bike Mart. Heir McSmith, qui met en vente cette Yamaha de Grand Prix 500 – d’occasion donc -, assure qu’elle est « très rare, idéale pour les collectionneurs, authentique (d’usine) et en très bon état« .

500-2temps-yzr-rainey-1

Affichée à 125 000 € – acquéreurs non sérieux s’abstenir -, la n°2 officielle du Team Marlboro Roberts ne réclamera qu’un peu d’essence – et d’huile bien sûr ! – pour aller rouler, sur circuit uniquement… Ce qui n’est pas le cas de la seconde « cinq cents », proposée elle aussi outre-rhin !

500-2temps-yzr-rainey-2

La NSR500 de Rossi, version allemande et route

Baptisée Ronax 500, cette machine est homologuée pour la route ! Inspirée de la Honda que chevauchait le jeune Valentino Rossi en piste vers son troisième sacre mondial – le dernier de l’ère 2-temps des Grand Prix !-, cette moto allemande est mue par un V4, natürlich.

ronax-500-02

Mais les similitudes avec la Honda de Grand Prix s’arrête là. Les experts de l’Intercontinental Circus se souviennent par exemple que le moulin de la NSR500 du « Doctor » était ouvert à 112°, se contentait d’un seul vilebrequin, était gavé par quatre carburateurs de 36 mm et se démarrait à la poussette.

Or mises à part les cotes de course et alésage (54,5 x 54 mm), le V4 de Ronax à 80°, ses deux vilebrequins contrarotatifs, son injection électronique, sa double cartographie sport/pluie et son démarreur électrique n’ont pas grand-chose à voir avec le Honda. Reste la sonorité pétaradante (voire la vidéo, le volume à fond !) qui a aujourd’hui totalement déserté nos routes.

De même, si en termes de puissance, la Ronax ne peut logiquement rivaliser avec la meule de Rossi – qui crachait 190 ch d’après le petit doigt de Moto-Net.Com -, ses concepteurs annonce une valeur maxi tout à fait respectables : 160 chevaux, pour un poids à sec estimé à 145 kg. De quoi faire frémir les meilleures Superbike du commerce qui sorte 200 ch mais pèsent environ 200 kg tous pleins faits…

Bien qu’elle puisse être théoriquement homologuée pour la route, la Ronax 500 est plutôt destinée aux track days, pour se faire plaisir sur circuit. Il ne s’agit pas d’une réplique de moto ancienne prévue pour les courses de VEC, mais d’une moto moderne dotée d’équipements actuels.

À l’image des carters moteur, le châssis et le bras oscillant de la 500 sont tout bonnement « alu-cinnant » et l’accastillage est à l’avenant, l’Allemande ne méritait rien de moins que les meilleurs éléments Brembo et Öhlins disponibles sur le marché.

ronax-500-12

Le carénage entièrement façonné dans du carbone qui vient coiffer le tout reprend strictement les lignes de la Japonaise. À ce niveau, copier peut être considéré comme du grand art… Or comme toute oeuvre d’art, cette moto se paye au prix fort !

La Ronax 500 est affichée sur son site officiel à 100 000 € hors taxe, soit à peu près le même tarif que l’YZR500 de Mister Rainey une fois la TVA française appliquée… Notez que si vous vous décidez suffisamment tôt, vous pourrez choisir votre propre n° de série, compris entre 1… et 46 forcément !

 

Bon, je ne suis pas bégueule, je laisse la place aussi aux 4 temps… Si vous êtes passionnés par les motos de course, les vraies, et que vous avez quelques sous de côté, je vous recommande d’aller faire un tour sur ces 2 sites. vous y trouverez j’en suis sûr votre bonheur.. qu’il s’agisse de moteurs 2 temps ou 4 temps !

http://www.gpmotorbikes.com

http://www.amatumoto.es/

 

Le 4 août 2014 par Zegarage

Lire la suite

28 juillet 2014

Souvenirs d’une ballade en 500 RG

0

Allongé sur l’herbe, les yeux dans le vide, l’air hagard, un brin d’herbe au coin du bec, je savoure mon plaisir tel le Lucky Luke des Alpes. Mon fidèle destrier garé à coté de moi, planté sur sa béquille latérale laisse échapper une légère fumée de ses 4 silencieux. Oui, j’ai bien dit 4 !

patience6Une légère « odeur de chaud » me remémore l’heure passée à dompter ce pur-sang sur les routes sinueuses du Vercors dans une boucle magique de Grenoble à Pont en Royan en passant par Villard de Lans. Je suis épuisé tant par cette chevauchée « sportive » que par la beauté du paysage qui défilait encore sous mes yeux il y a à peine 10 mn.

Et des images me reviennent : un compte tours dont l’aiguille valse de 8 000 à 10 000 tours/mn, le bruit strident d’un 4 cylindres 2 temps qui résonne dans la montagne, une roue avant qui se lève à chaque accélération… et cette douce sensation de chevaucher un élastique qui se tend entre chaque virage pour vous propulser tel un missile au prochain.

Loin de la production actuelle, je me la joue « Revival » au guidon de ce qui représentait dans la 2nde moitié des années 80 le must des sportives japonaises : La Suzuki 500 RG. La fameuse « Gamma », dont le symbole ornait par un magnifique relief le cadre en aluminium qui l’équipait.

Certes, ses 95 cv ne représentent plus grand chose aujourd’hui pour une sportive à coté de monstres tutoyant les 200 cv, mais ils suffisent amplement à propulser ses 185 kg tous pleins faits dans une ambiance « Continental Circus ». Et n’oublions pas qu’elle ne « cube » que 500 cm3, ce qui ramène sa puissance à près de 200 cv au litre !

Mon RG500J’ai pourtant cédé aux canons de la mode en revisitant quelque peu ce modèle mythique. Dans un soucis de sécurité, d’agrément, et de plaisir visuel aussi, je l’avoue… Parce qu’un pneu avant de 110, un pneu arrière de 120, un levier de frein avant qui vient écraser la poignée de gaz après 4 freinages soutenus, croyez moi, ça plante le décor et refroidit rapidement le plus fougueux d’entre nous !

C’est donc un train roulant avant et arrière d’une Suzuki 750 GSX-R de 1994 et la fourche inversée qui va avec, des disques et les étriers de 1100 GSX-R qui vont avec qui remplacent les équipements d’origine d’un autre âge. Et tant pis pour l’aspect collection.

Le moteur stock se voit prolongé par 4 échappements Figarolli avec des silencieux carbones du plus bel effet. Et je peux vous assurer qu’au delà du miaulement délicieux d’un 4 cylindres 2 temps disposés « au carré », la fumée bleue s’échappant des 4 pots attire le regard des curieux… ou des passionnés, en plus évidemment des farouches écologistes qui voient d’un œil réprobateur le retour de machines pour qui la norme Euro 3 reste une énigme (ou une vaste plaisanterie)

patience8Alors, certes l’admission au travers des Mikuni de 28 de diamètre et des disques rotatifs (une technologie directement issus des grand prix) nécessitent un réglage parfait, mais pour qui connait les trucs et astuces nécessaires à ces petits joujoux, c’est une broutille et on est loin des réglages électroniques d’aujourd’hui. Ces petits trucs qui faisaient par le passé la fortune des sorciers du 2 temps et l’infortune de ceux qui s’aventuraient dans des réglages approximatifs.

Reste la consommation. Bien au delà du raisonnable même en mode ballade tranquille, elle devient improbable en mode arsouille. Mais les amoureux du 2 temps sont forcément de mauvaise fois, et sacrifient chaque jour les frêles euros gisant dans le fond du porte monnaie et forcément durement gagnés sur l’autel du plaisir. Car c’est bien le mot qui sacrifie au mieux cette moto : le plaisir.

Le 28 juillet 2014 par Zegarage

Lire la suite

28 juillet 2014

L’univers déjanté des Blitz Motorcycles

2

600x450_blitz_img_2963Si vous êtes amoureux des café racers et de la nouvelle scène des préparateurs motos, vous ne pouvez pas être passé à côté du phénomène Blitz Motorcycles. Car au delà du phénomène mécanique pur, le duo composant cet atelier mécanique est aussi créatif en prépa qu’en communication ! Un peu dans la même sauce que les wrenchmonkees ou Deus ex-machina.

Sauf que les Blitz, c’est un genre nouveau, différent… et français, soyons un peu chauvins quand même ! Différents tout simplement parce que leur créations ne ressemblent à rien de connu jusqu’alors. Et différents aussi par l’histoire même de leur épopée.

Blitz_R80_GSTracker_1Bon, je l’avoue, je n’ai pas craqué tout de suite sur les créations Blitz Motorcycles ! Les 1ères images que j’ai pu apercevoir dans mon magazine favori Café Racer n’ont pas suscité chez moi un intérêt particulier. Juste un regard curieux mais sans plus vis à vis d’une machine qui ressemblait à une sauterelle, des formes un peu étranges et un équilibre visuel incertain. Mais ça avait le mérite d’être différent et assez bien fini.

Et puis au fil des diverses photos, et du buzz assuré sur le net, j’ai fini par m’intéresser au phénomène Blitz (car c’est bien un phénomène). J’ai commencé à lire des interviews, regarder leurs nombreuses vidéos sur le net et visionner le reportage fait par Canal +. Quand je vous dit qu’ils sont de bons communicants !

Et, je dois bien l’avouer une fois encore, cela a créé un capital sympathie car au final, j’ai l’impression de me retrouver dans une partie de leur univers. Un gars qui passe son CAP mécanique moto sur le tard, en cours du soir, des idées un peu farfelues de préparation, et surtout l’envie de se faire plaisir en vivant tout simplement sa passion et de sa passion. Reste qu’ils on fait ce que je n’ai pas encore eu le courage de faire : le passage d’une situation établie à une vie de bohème et son lot d’incertitude.

Bon, ça reste de la bohème branchouille quand même, faut pas déconner non plus, ce ne sont pas non plus des pur « roots ». Mais, peut on réellement leur reprocher ? Qui dans ce monde peut nous faire décemment croire qu’il vit d’amour et d’eau fraiche ? Car les « Blitz » ont su faire le lien entre passion, mécanique et communication : des marques célèbres se sont rapprochées d’eux, flairant le bon coup de com’ pour véhiculer leur image de marque. C’est le cas de Motul et Ralph Laureen par exemple.

Mais au final, peut on leur reprocher de communiquer ? je ne le pense pas, car c’est finalement avec beaucoup de plaisir que l’on découvre l’univers des « Blitz » et un style bien à eux qui est visuellement agréable et qui apporte surtout un peu de nouveauté dans le genre tout en mettant en scène la moto et mêlant différents univers. Un mélange de dandy-roots et de néo-rétro… Fascinant ?, déroutant ?, intriguant?, je ne sais finalement pas quels sont les qualificatifs les mieux adaptés pour les décrire, mais c’est surement un peu de tout ça et surement plus encore. Alors, je vous laisse vous faire votre propre opinion…. En ce qui me concerne, j’avoue assez humblement me reconnaitre en eux (dans l’esprit du moins) et surtout prendre du plaisir à suivre leur pérégrinations aux travers des photos, reportages dans les magazines, et de leurs nombreuses vidéos. Car tout ça véhicule surtout une certaine idée de la vie, proche des classiques que j’aime : un brin de Steeve Mc Queen, du « classic revival » et une volonté de liberté qui nous manque tant dans nos petites vies. Et puis cette « Touch » qui fait la marque de fabrique reconnues des amoureux du travail bien fait, et qui une fois de plus contribue à la communication visuelle : chaque moto (ou presque) arbore un réservoir différent de celui d’origine. Ce qui trouble le connaisseur… ou fait frémir le puriste. Et juste pour ce dernier point…. j’adore !!!!

L’univers des Blitz en photos :


Une brève histoire des « Blitz » :

Au début étaient 2 garçons qui recherchaient à vivre différemment de ce qu’ils avaient l’habitude de voir. L’un travaillant dans l’internet, l’autre dans le domaine paysagiste. Une rencontre qui sonne pour eux comme une évidence. Un local, une passion, la mise en commun de leurs talents et surtout une philosophie : transformer pour faire revivre autrement. Et puis aussi, une volonté farouche d’indépendance, même vis à vis de leur clientèle. On ne commande pas une machine aux Blitz en leur dictant ses volontés. On apporte la machine et on revient la chercher plus tard et ayant à l’esprit que ce que l’on va récupérer portera une partie de soi transposé dans une moto.

Bref, je ne vais pas non plus épiloguer sur leur histoire, car après tout, vous pouvez, comme moi, la découvrir aux travers de plusieurs reportages :

http://moto.caradisiac.com/La-decouverte-Caradisiac-Moto-Blitz-Motorcycles-la-minutie-epuree-video-425

http://www.moto-journal.tv/la-webtv-venue-dailleurs/blitz-motorcycles-un-art-de-vivre

http://tcaplain.blogspot.fr/2010/10/blitz-motorcycles.html

http://www.moto-infos.com/actualite-8763-blitz-motorcycles-l-etincelle-vintage.html

Vous pouvez retrouver également les Blitz Motorcycles sur leur site internet http://www.blitz-motorcycles.com ou  leur page Facebook.

Pour ma part, je pense que je vais leur rendre visite lors d’un prochain stage à Paris. Ma seule crainte étant de ne plus vouloir partir de l’atelier et d’essayer d’y planter une tente ou de trouver un trou de souris pour y rester à demeure….

Les motos des Blitz :

Le 28 juillet 2014 par Zegarage

Lire la suite

15 février 2014

Encore un beau café racer

1

Encore une très belle réalisation sur base Honda pour un joli Cafe-Racer !

Le lien facebook de Hangar cycleworks

honda cafe racer hangar cycleworks-1 honda cafe racer hangar cycleworks-2

Le 15 février 2014 par Zegarage

Lire la suite

7 février 2014

Quelques café racers

0

Voila quelques temps que je n’ai pas publié d’articles. Peu de temps, beaucoup de choses à faire, les journées ne font malheureusement que 24 heures. Alors parce que souvent, une photo vaut mieux que de longs discours, j’ai décidé de vous faire partager mes dernières découvertes de café racers au travers du web.

Internet, c’est magique, on y trouve un peu de tout et parfois de très belles choses.

Je vous laisse juger par vous même !

Le 7 février 2014 par Zegarage

Lire la suite

5 avril 2013

Kawasaki W650 scrambler

1

kawasaki-w650

De temps en temps une moto vient me stopper net dans mon élan lors de mes lectures web ou magazines. Il s’agit généralement d’une moto qui est un peu «différente»: peut-être pas parfaite à 100%, mais avec beaucoup de charme et de style. Et avec cette qualité indéfinissable de simplicité qui donne envie tout de suite de la chevaucher.

Cette W650 Kawasaki,  construite par le graphiste Français Nicolas Barthelemy Skuddesign, est l’une de ces motos  . Et ce scrambler est un mélange de monstre démoniaque sur le coté gauche avec ses 2 pots prêts à cracher la foudre et plutôt soft and smart sur le coté droit, où, hormis les cornets visibles, rien ne semble vouloir effrayer le passant. « Je voulais mélanger les codes esthétiques du bobber, le style « mauvais garçon de la rue » et de le style tracker, pour créer une moto qui correspond à mon univers», dit-il

kawasaki-w650-4

Cette W650 semble très propre. Pour maintenir l’avant, aussi épurée que possible, Nicolas a remplacé le phare stock avec un plus petit, satiné noir clair , et retiré l’instrumentation de bord. Un combiné Speedo ‘Motoscope Tiny’ numérique / analogique compact de motogadget est maintenant monté à l’avant du réservoir de carburant. La fourche vient d’une Kawasaki KZ400 1976, réduite de 25 mm et dressée d’un style vintage noir  Amal.

kawasaki-w650-1

Le moteur respire mieux grâce à des filtres K & N et un système d’échappement fabriqués sur mesure construit par Mecatig-Vattier d’Autrèche. Le siège a été remodelé et recouvert d’un cuir imitation frêne noir de Jean-Philippe Duval de l’Automobile Sellerie. Devant la selle,  le réservoir d’une Honda 1976 CBS125, est repeint dans une couleur grise qui rappelle celle que les Ateliers Ruby utilisent pour leurs casques.

kawasaki-w650-2

Pour accentuer le look rétro prennent place des amortisseurs HAGON, fabriqués à la commande de 295 mm de long, ainsi qu’un garde-boue arrière personnalisé. Les pneus sont tout aussi intemporel en apparence, mais moderne dans la construction: des Mitas ET-01, un mix efficace d’enduro / trial.

kawasaki-w650-3

Je classe ce W650 comme l’un des customs de l’année à ce jour et ce sera peut être une source d’inspiration pour la transformation de mon KZ440 . Qu’en dites-vous ?

Images par Götz Göppert.

kawasaki-w650-5

article original traduit et adapté par Zegarage.net

 

Le 5 avril 2013 par Zegarage

Lire la suite

21 février 2013

Honda CRF250R cafe racer

0

honda-cafe-racer

Avouez-le: conduire une moto de cross dans la rue, c’est amusant. Le problème est que cela semble un peu étrange, comme un buggy sur l’asphalte. Et puis sans plaque d’immatriculation ; ce n’est pas vraiment légal. Une solution ? Convertissez votre moto-cross dans un cadre chic de style café-racer pour la route, c’est précisément ce que Darrell Schneider, un restaurateur bien connu de voitures classiques de Concord, en Californie, a fait avec ce GP250R qui fait vraiment tourner les têtes.

Inspiré par le travail des célèbres préparateurs Roland Sands , Richard Pollock, et Ron Wood, Darrell Schneider a passé 14 mois a construire son GP250R, a partir de sa moto personnelle, un modèle 2004 de Honda CRF250R . «Ces trois gars ont juste un style « cool »», dit Schneider. « Le look café-racer est quelque chose qui m’a tojours attiré. »

Le californien Darrell Schneider est connu dans la communauté de la voiture classique pour ses compétences en fibre de verre de haute qualité. Il est aussi un motard passionné, et a transformé son  Honda CRF250R  en un café racer au look accrocheur.

Schneider cite Roland Sands, Richard Pollock, et Ron Wood en tant que source d’inspiration pour son projet, surnommé le « GP250R. «Ces de ces gars-là que vient le style cool», dit Schneider dans Cycle World . Il a régulièrement envoyé des mails à   Sands et Pollock pour obtenir des conseils tout au long de la construction: «Ils ne voulaient pas me dire quoi faire, mais ils m’ont mis dans la bonne direction. »

honda-cafe-racer-1

Les Café Racers modernes sont souvent accusés d’avoir plus de style que de fond, mais cette CRF met la performance devant tout. Schneider a reconstruit le moteur à l’aide des dernières  pièces Honda, installé une came Crower, et a fait mettre le carburateur « à jour » par  Tokyo Mods.

honda-cafe-racer-2

Race Tech a modifié la fourche du CRF, et l’amortisseur arrière arbore maintenant un réglage de hauteur de Durelle Racing. Des Tés personnalisées augmentent l’espacement entre les fourreaux de fourche, ce qui permet l’utilisation de jantes plus larges, et aussi augmenter la géométrie de l’empattement. La moto roule maintenant sur des jantes Sun rayonnées  à des moyeux Talon; l’étrier de frein avant est celui d’une Honda CBR600RR.

honda-cafe-racer-3

La carrosserie est entièrement nouvelle, et tout en fibre de verre-. Et la plus belle touche ? Pour moi, c’est le système d’échappement en titane Arrow. À première vue, il semble y avoir un seul tuyau, mais si vous regardez de plus près, vous verrez un second tuyau qui serpente vers le bas vers le bras oscillant sur le côté gauche de la moto.

Rendez-vous sur Cycle World pour plus d’images et un compte rendu détaillé de la construction. C’est la plus originale de prendre le style café racer, nous avons vu depuis longtemps.

Images de James Wirth.

Pour voir les étapes de la transformation

Traduit de l’anglais avec l’aimable autorisation de Bike Exif

honda-cafe-racer-4

Le 21 février 2013 par Zegarage

Lire la suite

24 décembre 2012

Le projet Link Tribute to Japan de Krugger

0

Si vous lisez zegarage.net, vous savez à quel point j’aime les belles motos (surtout les 2 temps ;-) ).

Et parmi tous les préparateurs moto plus ou moins talentueux, un de mes préférés reste « le maitre » himself : Krugger.

Car, dans le cas des préparations « Made by Krugger », on peut réellement et sans être trop pompeux, parler d’œuvres d’art. C’est mon avis tout du moins, et je pense qu’il est partagé par de nombreuses personnes.

CR61Et en ce jour de Noël, le père Noël a pris un peu d’avance puisque l’on peut voir/lire dans le denier Café Racer (N°61 de Janvier-Février 2013) l’aboutissement du projet un peu fou (encore une fois) de Krugger : Link Tribute to Japan.

Encore une fois, il s’agit réellement d’une œuvre d’art ! Car l’objet, en plus d’être à nouveau un régal pour les yeux, comporte des spécificités dignes des plus grands préparateurs : les appendices de carénage (avant et cul de selle) sont fait d’un réservoir coupé en 2, le moteur de la CB 450 (la base) est retourné dans le cadre, la culasse est également retournée, le cul de selle est « étaimé », etc…. J’aurais l’occasion d’y revenir dans un prochain article.

Le projet avait été initié sous forme de défi avec l’équipe du magazine Café Racer et les lecteurs ont pu suivre l’évolution du projet de numéro en numéro. Si l’attente a été longue tant le story board était haletant, le résultat est divin.

Je vous laisse découvrir le résultat en attendant de nouvelle photos :

tribute to japan

L’origine du projet :

Mais l’univers Krugger, c’est aussi ça :

Liens :

le site de Krugger

Le site de Café Racer (le magazine)

Le 24 décembre 2012 par Zegarage

Lire la suite

20 octobre 2012

L’incroyable son du 6 cylindres de Guy Coulon

1

Il est des personnages comme cela dont on ne peut se lasser quand on aime la moto et la préparation moto. Une sorte de Géo Trouvetout de la technique qui arrive à nous faire vibrer par son génie mécanique. Guy Coulon, chef mécanicien chez Tech3 et fidèle acolyte d’Hervé Poncharal fait partie de ceux là. Il a conçu des ses mains expertes une 6 cylindres de 300 cm3 de toutes pièces. Parce qu’il faut parfois savoir se taire et ne pas en dire plus, je vous laisse savourer ce délice auditif ;-)

 
Merci Mr Coulon !

Le 20 octobre 2012 par Zegarage

Lire la suite

12 juin 2012

Mini site officiel à la gloire des kawa série Z

0

A l’occasion du 40ième anniversaire de la Z, Kawa nous a concocté, un mini site Internet lancé à la gloire de ses Z qui, d’après les Nippons, « devrait ravir tous les amoureux de quelques-uns des modèles les plus emblématiques du grand constructeur japonais« .

La saga Kawa de Z à Z

La liste démarre naturellement par la 900 Z1, premier modèle du nom, dévoilée en 1972 au Salon de Cologne. En parcourant le court descriptif – « en langue anglaise ou… japonaise« , précisent non sans malice les responsables français – les visiteurs peuvent par exemple (re)découvrir l’origine de son nom….

« La lettre Z avait été choisie car en tant que dernière lettre de l’alphabet, elle représentait l’extrême« , décrivent les Japonais, tandis que « le 1 signifiait numéro un au monde« 

N’hésitez pas à parcourir ce nouveau site réalisé par l’usine Kawasaki et sur lequel sont brièvement présentés sept autres modèles de « Zed » : Z1-R (1977), Z1300 (1978), Z1100GP (1981), Z1000-R (1982) et les trois déclinaisons « modernes » de Z1000 (2003, 2007 et 2010).

« Un rapide rappel historique de chaque modèle et une galerie de photos récupérables en haute définition – dont plusieurs superbes fonds d’écran – permettent de se replonger avec délice dans quelques-unes des années d’or de la saga « Z » de Kawasaki, une lignée de motos tout à fait unique dans l’industrie motocycliste !« , allèche Kawasaki France.

Le 12 juin 2012 par Zegarage

Lire la suite

    Quelques photos

    KZ400 cafe racerRD500lc Originecafé racerUnivers des BlitzBoxer SuperBoBRonax 500FGR MidaluKawasaki W650 scrambler